Accueil AccueilEntretiens3 questions à Pascal Pâris

3 questions à Pascal Pâris

Le


Directeur Gestion des Aides individuelles et des Actions collectives au sein de la Direction de l’Action Sociale du Groupe HUMANIS.
Elu Président du CCAH le 11 juin dernier.

 
Quelles évolutions dans les modes d’accompagnements des personnes en situation de handicap vous ont le plus marquées ces dernières années ?
 
Le secteur du handicap est aujourd’hui organisé selon les dispositions prévues par les textes législatifs de 2002 et de 2005 qui pour le premier place la personne au cœur des dispositifs d’accompagnement et pour le second donne une définition la plus large possible des situations de handicap.
Dans ce nouvel environnement les modalités d’accompagnement ont évolué en particulier pour les personnes en situation de handicap psychique avec la progression des créations de GEM et l’essor des SESSAD et des AVS pour les enfants autistes.
Aujourd’hui, le bilan est positif mais encore bien insuffisant. Cependant il me semble que la personne en situation de handicap est mieux reconnue en tant que personne citoyenne à part entière et qu’à partir de ce constat une grande espérance peut naître en direction d’une inclusion plus réelle de la personne handicapée dans la société.
Mais il reste tant à faire…..en particulier l’accessibilité à tout pour tous.
 
 
Au sein du Groupe Humanis, quelles sont les priorités fixées en matière de soutien et de financements accordés au secteur et aux personnes en situation de handicap ?
 
Humanis a placé le handicap parmi ses orientations prioritaires avec, pour feuille de route de l’action sociale, que le Groupe soit un acteur reconnu du monde du handicap. Cet objectif majeur ne sera atteint que par étape successive et en organisant la démarche.
Ainsi en complément des soutiens traditionnels en faveur de la création de structures d’accueil de personnes en situation de handicap, de la création de services innovants, Humanis a mis en place depuis deux ans un baromètre intitulé « Osez l’ESAT/EA » destiné à une meilleure connaissance mutuelle du secteur protégé et adapté et du milieu ordinaire pour améliorer leur collaboration réciproque.
Ce positionnement du Groupe a conduit naturellement Humanis à participer au « Free Handi’se Trophy » qui a mené des équipes, composées paritairement de travailleurs d’ESAT/EA et de salariés d’entreprises adhérentes de Clermont-Ferrand à Toulouse selon un parcours effectué en canoë et en vélo.
De même, Humanis privilégie régulièrement les actions portant sur un type de handicap qui concentrera les efforts du Groupe sur une ou deux années successives. Depuis 2013, la cérébro-lésion est au cœur de ses préoccupations et le Groupe pilote et assure le financement d’une recherche action sur les conséquences du vieillissement de la personne cérébro-lésée et de ses aidants familiaux. Les résultats de cette étude, menée par le CEDIAS et en partenariat avec trois AFTC, seront publiés début 2015.
Parallèlement à ces actions collectives, Humanis développe des actions individuelles destinées à accompagner la personne en situation de handicap mais aussi à faciliter la vie quotidienne de ses aidants et plus particulièrement des parents d’enfant porteur de handicap.
 
 
Aujourd’hui Président du CCAH, quelles orientations souhaitez-vous porter pour l’association au cours de votre mandat ?
 
D’abord je souhaite dire ma fierté de présider aujourd’hui cette association qui vient de fêter son quarantième anniversaire. J’ai la chance de succéder à Joël Delgove qui a été à l’origine de la nouvelle orientation stratégique du CCAH avec l’accord unanime de son Conseil d’administration et qui doit se dérouler sur cinq ans.
Une de mes premières missions sera de poursuivre l’accomplissement de ces nouveaux axes d’actions. Ensuite, je m’attacherai à renforcer encore les liens qui unissent le CCAH aux groupes de protection sociale dont les institutions ont pour la majorité d’entre elles été à l’origine de la création de notre association.
Il convient de rappeler le rôle d’expert du monde du handicap du CCAH au service de ses membres – groupes de protection sociale, mutuelles, entreprises – comme de ses membres associatifs, promoteurs de projets. Aussi, réunir l’image des GPS et du CCAH autour de la mise en œuvre de projets ambitieux a dans cet objectif tout son sens.
Les nouvelles orientations prioritaires des Fédérations AGIRC et ARRCO vont conduire notre association à être attentive à promouvoir dans ses choix d’actions des projets répondant à cette nouvelle politique sociale voulue par les régimes de retraite complémentaire.
L’ouverture sur l’extérieur, au-delà des frontières françaises, sera sans doute à développer pour appréhender les expériences menées par d’autres pays en direction des personnes en situation de handicap dont certaines solutions seraient à promouvoir au sein de notre pays.
Voilà quelques premières perspectives que je souhaite mener au début de mon mandat.

Laissez un commentaire

  • (will not be published)

Vous pouvez utiliser ces balises XHTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>