3 Questions au Professeur Francois GENÊT

Quelle est l’ambition du projet Institut de Santé Parasport Connecté (ISPC) ?

L’Institut de Santé Parasport Connecté (ISPC) a pour ambition d’accompagner l’ensemble de la population en situation de handicap dans une pratique optimale du sport. Il s’agit de bâtir une plateforme d’excellence, rassemblant les expertises et infrastructures nécessaires pour accompagner les personnes en situation de handicap dans la pratique du sport « tout au long de la vie ». Premier institut au monde dédié exclusivement au « parasport santé », cette structure universitaire « santé » s’adressera à tous les pratiquants d’activité́ physique, de sport loisir ou de compétition, en situation de handicap moteur.

La mission de l’ISPC se décline en trois pôles d’activités :

• un centre de diagnostic médical de capacité à la pratique physique et sportive pour les personnes en situation de handicap, et à l’entrainement des hauts potentiels parasportifs

• un centre de formation dédié aux professionnels de santé, de médecine Physique et de Réadaptation, aux kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthoprothésistes…) et aux entraineurs de parasportifs

• un centre de recherche physiologique et technologique dédiée au parasport et à l’amélioration des performances des sportifs en situation de handicap.

L’ISPC ambitionne de créer un environnement de haute technologie, intégrant innovation, développement des technologies numériques et intelligence artificielle. L’institut a en outre pour objet de devenir une interface privilégiée entre la recherche et développement publique et privée.  Le projet bénéficie d’ores et déjà̀ d’atouts majeurs : label Héritage 2024, implantation sur un site olympique et paralympique, implication de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, lien structurel avec l’hôpital Raymond Poincaré́ à Garches, collaboration avec l’Agence Nationale du Sport, et participation au Comité Paralympique et Sportif Français.

 

Quels sont les enjeux auxquels l’ISPC répond, quel sera son impact social ?

L’ISPC répond à des enjeux fondamentaux de santé publique. La Haute Autorité de Santé (HAS) reconnaît depuis 2011 l’activité physique comme une pratique thérapeutique non médicamenteuse. Une enquête de 2016 de la Française des Jeux révèle que 70% des personnes en situation de handicap souhaitent pratiquer un sport et que pour 31% d’entre elles, cette activité permet de limiter les effets du handicap. Si 77% des sondés déclarent pratiquer un sport à domicile, 50% d’entre eux se disent limités pour pratiquer en extérieur par des facteurs exogènes (manque d’accessibilité, revenus insuffisants). L’Institut de Santé Parasport Connecté (ISPC) répond à ces problématiques en proposant un accompagnement des personnes en situation de handicap à la pratique sportive, la formation du personnel médical, des aidants et des entraineurs.

 

Quelle contribution les membres du CCAH apportent-ils au développement du projet ?

C’est l’accompagnement des membres du CCAH, tout particulièrement des groupe Klésia et AG2R La Mondiale qui permet à ISPC Synergies, l’association de préfiguration du futur institut, de concrétiser ses engagements d’activité et de recruter les premiers collaborateurs qui amorcent les consultations et les travaux de recherche qui feront l’ISPC de demain. D’ici 2024, seront recrutés une dizaine de collaborateurs (médecin de médecine physique et de réadaptation, data manager…) sur les trois piliers santé, recherche et formation, préparant ainsi le redéploiement des activités en 2024 lors de l’inauguration des Jeux Paralympiques de Paris.