Financement

Le CCAH et ses membres financent

Les membres du CCAH financent des projets destinés à améliorer le quotidien des personnes handicapées. Le CCAH accompagne au niveau local et national des expériences inspirantes, des projets innovants, des réponses à des besoins non satisfaits quel que soit le handicap.

Quels sont les types de projets soutenus ?

Les membres du CCAH participent au financement de projets améliorant l’accueil et l’accompagnement des personnes en situation de handicap : habitat, emploi, formation, intégration scolaire, vie sociale, aide aux aidants, santé, accès à la citoyenneté, soutien à la vie autonome, etc. Le CCAH participe également à l’adaptation de l’offre médico-sociale et finance les projets de création, d’extension, d’équipement et de rénovation des établissements et services médico-sociaux.

Des programmes spécifiques :
- Avec son programme de financement "Soutenir les initiatives d'avenir", le CCAH s'investit dans des projets porteurs d'innovation sociale, les projets favorisant le soutien des proches aidants et l'accompagnement de l'avancée en âge des personnes handicapées.
- En partenariat avec l’Agence Nationale des Chèques Vacances (ANCV), le CCAH propose des aides financières avec le programme d’aide au départ en vacances destinés aux travailleurs d’ESAT et aux anciens travailleurs,
- En partenariat avec la Fondation Internationale de Recherche Appliquée sur le handicap (FIRAH), le CCAH finance des projets de recherche appliquée.

Qui peut adresser une demande de subvention ?

Tout porteur de projet représentant une structure publique ou privée, association, fondation, coopérative, entreprise, organisation issue de l’économie sociale et solidaire, établissement ou service médico-social, situé en France métropolitaine ou dans les DROM-COM.

Les projets que le CCAH ne soutient pas

Le CCAH ne finance pas la mise en accessibilité du cadre bâti et des transports ou les projets portés à titre individuel.

Quelles sont les modalités d’instruction et de financement d’un projet ?

Les projets reçus sont étudiés tout au long de l’année. Un délai d’instruction de 4 mois minimum est à prévoir pour chaque dossier. Tous les dossiers doivent être déposés au moins 6 mois avant la date de réalisation du projet.
Dès réception des documents, votre demande de subvention sera étudiée par un chargé de projet qui vous accompagnera tout au long de la démarche. Si votre projet est sélectionné, il sera présenté aux membres financeurs du CCAH pour une recherche de fonds.

Quels sont les critères d’appréciation des projets ?

Chaque chargé de projet du CCAH se déplace sur le terrain pour rencontrer le porteur de projet et s’imprégner du contexte et des enjeux locaux.
Par ailleurs, une vigilance particulière est accordée aux points suivants :
- l’inscription du projet dans une démarche d’inclusion,
- la qualité de l’accueil et de l’accompagnement des personnes,
- la pérennité économique du projet et la diversité des partenaires financiers,
- la prise en compte des besoins recensés sur le territoire,
- l’inscription dans une logique de partenariats avec les acteurs locaux,
- le caractère reproductible et/ou innovant du projet.

Dossiers de demande de subvention

Déposer un dossier de demande de subvention

Comment déposer un dossier de demande de subvention ?

Lire la suite

Projets financés

21 352 558 €

Montant des subventions en 2018 pour 119 projets soutenus par les membres du CCAH

Sélectionner un ou plusieurs critères :

Vous pouvez consulter les fiches des projets soutenus par les membres du CCAH depuis 2009

UNISDA

UNISDA - 75

L’UNISDA a engagé un profond travail de refonte en 2018. A compter de fin 2018, l'union s'est ainsi fixée pour ambition de : - recenser les besoins des personnes sourdes ou malentendantes pour proposer des solutions adaptées - développer une offre de service ayant un impact direct sur la qualité de vie quotidienne des publics sourds et de leurs aidants avec la mise en oeuvre de projets fédérant l’ensemble des publics quels que soient l’origine de la surdité, le moyen de communication utilisé (LSF, oralisation),etc. De manière opérationnelle, l’Union initie dans un premier temps la mise en place de deux projets : - adaptation aux jeunes sourds du dispositif d’information sur la santé Fil Santé Jeunes pour prendre en compte la détresse psychologique des jeunes sourds - développement d’une application mobile pour évaluer la qualité de l’accessibilité des programmes audiovisuels L'UNISDA souhaite également renforcer sa représentativité en ouvrant l’Union à des associations représentant d’autres publics sourds et en renforçant ses actions pour défendre les droits des personnes sourdes.

Lire la suite

Fédération Française Handisport

FFH - 75

La Fédération Française Handisport offre à chaque personne (quel que soit son âge, la nature ou la gravité de son handicap) la possibilité de pratiquer une activité physique. La FFH souhaite favoriser l'insertion sociale par la pratique d'un sport. Avec l’apparition de nouveaux clubs et de nouveaux adhérents, les demandes en matériels adaptés sont devenues de plus en plus importantes pour la pratique sportive et de loisir et inaccessible financièrement pour la plupart des licenciés (2800€ pour un fauteuil d'initiation à 6700€ pour un fauteuil électrique de football). La FFH s’efforce donc de renouveler constamment ses équipements afin de subvenir à la demande. En ce sens, et pour répondre aux besoins recensés auprès de ses clubs affiliés, la FFH lance son "Opération Fauteuils" destinée à apporter un soutien financier à ses membres en France, afin d’acquérir du matériel adapté. Cette opération devrait permettre d'aider 200 clubs dans l'acquisition de fauteuils adaptés pour la pratique du basket, du tennis, de l'athlétisme et de fauteuils multisports de découverte et ainsi favoriser l'accès aux loisirs pour environ 500 personnes.

Lire la suite

SOIGNONS HUMAIN

Soignons humain - 59

L'association Soignons Humain expérimente depuis 2017, le modèle hollandais Buurtzorg en région Hauts-de-France : une équipe de soins à domicile pour les personnes en situation de handicap et de dépendance liée à l'âge. Une étude de KPMG menée en 2010 aux Pays-Bas a conclu que la méthode Buurtzorg permettait de diminuer de 40% les dépenses d'aides et de soins par personne accompagnée. L'approche est centrée sur les besoins du patient, le maintien de l'autonomie et l'ancrage dans un réseau local d'une équipe d'infirmier(e)s relié(e)s par réseau social interne. La personne et ses aidants sont accompagnés de manière globale et non uniquement du point de vue du soin. Connaître le patient et son entourage permet ainsi de favoriser la prévention, d'anticiper les situations complexes et les surcoûts de santé (maintien à domicile, diminution des hospitalisations non programmées etc.). Les équipes sont autonomes dans leurs activités quotidiennes, tout en étant soutenues par le siège associatif pour les activités supports (formation, coaching, logiciel métier, administratif et financier). Le projet consiste à accompagner l'amorçage et le déploiement de 6 équipes d'infirmier(e)s dans la Région Hauts-de-France puis au niveau national et évaluer l'impact social sur les patients et proches aidants en termes de qualité de vie, d'état de santé et d'économies en dépenses de santé.

Lire la suite

Réseau national d'entraide sur la maladie de Huntington

Dingdingdong - 75

L’association Dindingdong, collectif de personnes touchées par la maladie, met en place un réseau d’entraide national et généralisant la pratique de groupes d’entraide entre personnes concernées par la maladie de Huntington, maladie génétique neurodégénérative incurable touchant 18 000 personnes en France. Composé d’une plateforme de rencontre virtuelle, de groupes de rencontre de proximité et d’un observatoire des savoirs sur la maladie, ce réseau place les personnes porteuses de la maladie de Huntington au cœur du dispositif : s’inscrivant dans une perspective d’Education Thérapeutique des Patients par les pairs (ETP), il s’agira tout d’abord de former des usagers-ressources, puis d’accompagner ceux-ci lors de la création et de l’animation de leur propre groupe d’entraide. Egalement, un observatoire de ces pratiques innovantes permettra aux personnes malades de transmettre des savoirs (savoir-être, savoir-vivre) sur la vie avec la maladie aux autres personnes concernées par la maladie de Huntington (malades ou porteuses du gêne), et, dans un second temps, au bénéfice de personnes porteuses d’autres pathologies neuro-évolutives. Ce réseau aura un impact sur la qualité de vie des personnes concernées, elles-mêmes souvent aidantes de proches ayant déjà déclarées la maladie, ainsi que sur leurs proches aidants.

Lire la suite

La lumière qui rétablit la vue

Fondation Voir & Entendre - 75

De dimension internationale, l’Institut de la Vision est un centre de recherche entièrement dédié à la recherche sur les maladies de l’œil et réunit à Paris sur un même site près de l’hôpital des Quinze-Vingts, chercheurs, médecins et industriel mobilisés pour découvrir des traitements innovants contre les maladies oculaires et améliorer la qualité de vie des personnes malvoyantes. Une des avancées récentes de l’Institut concerne l’amélioration de la vue des personnes malvoyantes du fait d’un diabète. En effet l'augmentation de l'incidence de l'obésité dans la population française entraîne une augmentation du nombre de cas de diabète. En 2010, on comptait 3 millions de personnes diabétiques dont 300 000 présentent les symptômes de la rétinopathie diabétique. Le traitement de la rétinopathie diabétique est complexe et nécessite le recours à des injections intraoculaires fréquentes. Soutenu par l’INSERM et l’Agence Nationale de Recherche, l’institut de la vision a mené une recherche ayant abouti à la conception d’un programme associant des techniques d’imagerie à un laser qui permettra de diminuer le nombre d’intervention sur l’œil déficient et d’améliorer considérablement la vue de la personne diabétique sur le long terme. Aujourd’hui l’institut de la vision réalise un programme auprès de deux cents personnes afin de confirmer à grande échelle les résultats positifs obtenus. L’institut souhaite ainsi accélérer la diffusion de cette technique parmi les ophtalmologistes et l’amélioration du diagnostic de ces lésions. Ce programme de diffusion et de formation à la nouvelle technique est lancé sur deux ans. Entièrement pris en charge par la Sécurité sociale, ce traitement améliorera considérablement la vie quotidienne des personnes diabétiques déficientes visuelles.

Lire la suite

Accès aux soins bucco-dentaires des personnes handicapées par la télé-odontologie

Unapei - 75

Afin de renforcer la prévention et l’accès aux soins buccodentaires des personnes déficientes intellectuelles et polyhandicapées, population particulièrement prédisposée au développement de pathologies bucco-dentaires, l’Unapei expérimente sur 4 territoires un dispositif de télé-odontologie qui vise à faciliter le dépistage des lésions et l’orientation vers les soins si nécessaires : à compter de l’automne 2017 et pendant 3 années, 1951 personnes accompagnées en établissement seront suivies, et 200 professionnels formés à la santé bucco-dentaire. A terme, l'ensemble des associations affiliées à l'Unapei, et plus largement du champ du handicap, bénéficieront de cette expérimentation à travers un plaidoyer fort, au niveau national, sur l'accès à la santé bucco-dentaire. L’accès à la santé bucco-dentaire grâce à la télé-odontologie permet de limiter l’anxiété des personnes handicapées, d’intervenir en amont et éviter ainsi les interventions lourdes lorsque la situation s’est dégradée.

Lire la suite

Guide Pratique pour l’achat d’un appareil auditif

BUCODES Surdifrance - 75

Parce que bien choisir un appareil auditif n’est pas aisé et que l’achat engage la personne déficiente auditive sur une durée relativement longue, la Fédération d’associations Bucodes-SurdiFrance a souhaité éditer un guide pratique visant à aider les personnes malentendantes à s’équiper.Face à une carence en information neutre sur les appareils auditifs en France, confirmée récemment par l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) dans un rapport sur les aides techniques, la Fédération d’associations Bucodes-SurdiFrance élabore un guide pratique s'inspirant de guides existants conçus par des associations de personnes malentendantes à l’étranger tels qu’en suisse, en Angleterre, aux Etats Unis, au Canada... Ce livret reprendra en les adaptant les grands axes suivants: pourquoi et comment acheter des appareils auditifs, les différents types d'appareils, le réglage, le suivi, l'entretien, ainsi que des points plus spécifiques à la situation française : choix de l'appareil, de l’audioprothésiste, les financements possibles, les droits des usagers.

Lire la suite

Composer avec Huntington

Dingdingdong - 75

Dingdingdong (Ddd) – Institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington est une association créée en 2012 par une quinzaine de chercheurs et d’artistes, concernés d’une manière ou d’une autre par la maladie de Huntington. Son objectif est de faire progresser la connaissance sur la maladie de Huntington en coproduisant cette connaissance avec les personnes porteuses de la maladie et en œuvrant pour l’amélioration de leur qualité de vie. La maladie de Huntington est une maladie génétique, héréditaire, rare, neurodégénérative et incurable. Les symptômes de cette maladie sont de trois ordres : moteurs (chorée incompressible, difficultés de l’appareil phonatoire avec troubles de l’élocution et de la déglutition), cognitifs (ralentissement et des troubles des fonctions exécutives) et comportementaux/psychiatriques (troubles de l'humeur prononcés, passages à l'acte fréquents). Son évolution ne suit pas de stades bien établis, ce qui rend cette maladie énigmatique, pour le malade d’abord, mais aussi pour l’entourage et les médecins. Elle se développe majoritairement entre 35 et 50 ans. Plus rarement, elle peut s’exprimer chez le très jeune adulte ou encore chez le sujet âgé, mais globalement, il s’agit d’une maladie de l’adulte relativement jeune et le plus souvent actif, qui se développe jusqu’à son issue fatale.

Lire la suite