Financement

Le CCAH et ses membres financent

Les membres du CCAH financent des projets destinés à améliorer le quotidien des personnes handicapées. Le CCAH accompagne au niveau local et national des expériences inspirantes, des projets innovants, des réponses à des besoins non satisfaits quel que soit le handicap.

Quels sont les types de projets soutenus ?

Les membres du CCAH participent au financement de projets améliorant l’accueil et l’accompagnement des personnes en situation de handicap : habitat, emploi, formation, intégration scolaire, vie sociale, aide aux aidants, santé, accès à la citoyenneté, soutien à la vie autonome, etc. Le CCAH participe également à l’adaptation de l’offre médico-sociale et finance les projets de création, d’extension, d’équipement et de rénovation des établissements et services médico-sociaux.

Des programmes spécifiques :
- Avec son programme de financement "Soutenir les initiatives d'avenir", le CCAH s'investit dans des projets porteurs d'innovation sociale, les projets favorisant le soutien des proches aidants et l'accompagnement de l'avancée en âge des personnes handicapées.
- En partenariat avec l’Agence Nationale des Chèques Vacances (ANCV), le CCAH propose des aides financières avec le programme d’aide au départ en vacances destinés aux travailleurs d’ESAT et aux anciens travailleurs,
- En partenariat avec la Fondation Internationale de Recherche Appliquée sur le handicap (FIRAH), le CCAH finance des projets de recherche appliquée.

Qui peut adresser une demande de subvention ?

Tout porteur de projet représentant une structure publique ou privée, association, fondation, coopérative, entreprise, organisation issue de l’économie sociale et solidaire, établissement ou service médico-social, situé en France métropolitaine ou dans les DROM-COM.

Les projets que le CCAH ne soutient pas

Le CCAH ne finance pas la mise en accessibilité du cadre bâti et des transports ou les projets portés à titre individuel.

Quelles sont les modalités d’instruction et de financement d’un projet ?

Les projets reçus sont étudiés tout au long de l’année. Un délai d’instruction de 4 mois minimum est à prévoir pour chaque dossier. Tous les dossiers doivent être déposés au moins 6 mois avant la date de réalisation du projet.
Dès réception des documents, votre demande de subvention sera étudiée par un chargé de projet qui vous accompagnera tout au long de la démarche. Si votre projet est sélectionné, il sera présenté aux membres financeurs du CCAH pour une recherche de fonds.

Quels sont les critères d’appréciation des projets ?

Chaque chargé de projet du CCAH se déplace sur le terrain pour rencontrer le porteur de projet et s’imprégner du contexte et des enjeux locaux.
Par ailleurs, une vigilance particulière est accordée aux points suivants :
- l’inscription du projet dans une démarche d’inclusion,
- la qualité de l’accueil et de l’accompagnement des personnes,
- la pérennité économique du projet et la diversité des partenaires financiers,
- la prise en compte des besoins recensés sur le territoire,
- l’inscription dans une logique de partenariats avec les acteurs locaux,
- le caractère reproductible et/ou innovant du projet.

Dossiers de demande de subvention

Déposer un dossier de demande de subvention

Comment déposer un dossier de demande de subvention ?

Lire la suite

Projets financés

21 352 558 €

Montant des subventions en 2018 pour 119 projets soutenus par les membres du CCAH

Sélectionner un ou plusieurs critères :

Vous pouvez consulter les fiches des projets soutenus par les membres du CCAH depuis 2009

Foyer d’Accueil Médicalisé Kerlivet

APF France Handicap - 29

Le Foyer d’Accueil Médicalisé Kerlivet dans le Finistère, géré par APF France Handicap, est pleinement engagé dans la dynamique d’accès aux soins des personnes handicapées encouragée par la Charte Romain Jacob et souhaite adapter son offre de service en créant un nouveau dispositif : une plateforme ouverte sur son territoire qui permettra, dans un espace de rééducation adapté, la prise en compte effective des besoins des personnes handicapées de l’établissement et des personnes vivant à domicile, handicapées ou avançant en âge. Le projet est d’aménager et équiper un nouvel espace de rééducation pour les résidents du Foyer d’accueil médicalisé, les usagers des structures en proximité, et les habitants du quartier en situation de handicap. De nouveaux équipements permettront de construire et mettre en œuvre de nouveaux projets de soins individualisés et de développer la prévention de la santé des résidents. C’est un véritable projet inclusif qui permettra de décloisonner l’établissement et de répondre aux besoins de santé du territoire au-delà de l’établissement.

Lire la suite

Dispositif Logipsy

La Sauvegarde du Nord - 59

La Sauvegarde du Nord, en partenariat avec l'Etablissement Public de Santé Mentale (EPSM) de l'agglomération Lilloise et les Conseils Locaux de Santé Mentale, expérimentent le dispositif Logipsy : un accompagnement court pour favoriser le maintien et le retour dans le logement de personnes en situation de handicap psychique pendant ou après une période d'hospitalisation. Il s'agit de mobiliser autour et avec la personne en risque de perte de logement, un binôme d'intervenants au domicile (professionnel de santé mentale et technicien d'intervention sociale et familiale), piloté par un coordinateur, pour éviter les ruptures de parcours résidentiels, de vie et de soins. Les intervenants mobilisent un réseau d'acteurs pluridisciplinaires (bailleur, services médico-sociaux, CCAS, médecin etc) afin que la personne conserve son domicile, mais aussi puisse bien-vivre dans son logement. Depuis le début de l'expérimentation en 2016, le dispositif a accompagné 87 personnes sur les villes de Lille, Villeneuve d'Ascq et Roubaix. Pour la 3ème et dernière année d'expérimentation, le dispositif sera élargi au territoire de la Métropole Européenne de Lille (90 communes). L'objectif est d'accompagner une centaine de personnes, de modéliser et dupliquer l'expérimentation et de faire connaître Logipsy au niveau national.

Lire la suite

Les 5 Ponts, lieu d'innovation urbaine pour les personnes handicapées les plus précaires

Association Les Eaux Vives - 44

Projet immobilier socialement innovant de grande envergure, le projet 5 Ponts est né d’une réflexion autour de la question de l’accueil de jour et de nuit des personnes sans-abri présentant des fragilités sociales et des handicaps psychiques et/ou physiques. A son ouverture à l’horizon 2020 sur l’Île de Nantes, il proposera, sur un même site, des espaces et des services d'accompagnement variés. Porté et coordonné par l’association Les Eaux Vives, le projet comportera : • Un pôle d'accueil avec 3 structures d'accueil sociales et médicosociales gérées par l'association les Eaux Vives et permettant d’accueillir les personnes en grande désocialisation confrontées à des difficultés cumulées dont des problèmes de santé. • Des espaces de rencontre avec un restaurant d'insertion sociale ayant vocation à être largement ouvert sur le quartier, un magasin Emmaüs, une ferme urbain sur le toit. • Des logements ordinaires, à prix ordables et libres. Chaque jour, ce projet bénéficiera directement à près de 85 personnes en situation de handicap principalement psychique sur les 150 personnes qui en bénéficient soit près de 1000 personnes par an sur 2000. L’ouverture 24h/24 offre une continuité structurante avec notamment l’accompagnement personnalisé au regard des difficultés liées au handicap : écoute, ouverture des droits (AAH), orientation vers des associations complémentaires, etc. Les 5 Ponts porte une ambition de mixité sociale et d’un vivre-ensemble renouvelé pour ce nouveau quartier et la Ville de Nantes. Déjà testé et réussi à l'étranger, ce projet est soutenu par la Ville de Nantes, la Métropole, la région ainsi que les acteurs associatifs (Emmaüs France, etc.) et l'Europe par le biais de son programme Actions Urbaines Innovatrices.

Lire la suite

SAVS NORD REUNION

APAJH de la Réunion - 97

Le dispositif de « relayage 974 » fédère des services (Samsah, savs, Fam-FH-CHRS, SAAD, mandataires judiciaires) d’associations différentes sur le territoire NORD EST réunionnais pour proposer un soutien auprès des personnes en situation de handicap psychique à leur domicile, traversant des difficultés aiguës dans des moments d’angoisse. Cet accompagnement vise à éviter l’hospitalisation et à proposer un lien social apaisé et non intrusif au travers d'un dispositif d’accueil en ville (type : café écoute / bar social). Il prendra appui sur des binômes travailleurs sociaux et « pairs aidants » et se concrétisera par : - la mise en place d’interventions sur le lieu de vie permettant évaluation, orientation, prise en compte de manière à éviter la rupture ; - l'ouverture d’un lieu de rencontre et d’échange, mise en place de permanences d’accueil ; - la mise en œuvre d’un dispositif de formation sur mesure des pairs-aidants et des professionnels

Lire la suite

Pôle Adultes sourds ARIEDA

ARIEDA Occitanie - 34

L'association ARIEDA a pour objet de rassembler et de gérer dans la région Occitanie des services à destination de personnes sourdes avec ou sans troubles associés. Une partie des services adultes de l'association ARIEDA est installée dans des locaux appartenant au SESSAD et l'autre partie est diffuse sur Montpellier. Cette structuration, bien que convenable, induit certaines difficultés : confidentialité, accueil, conditions de travail, limitation du développement, accessibilité... Le projet de construction vise à rassembler les services adultes localisés à Montpellier sur un seul site dit du "Mas des Moulins" à 50 mètres des services enfants. Cette implantation sur un seul site se fera dans un bâtiment de 2 étages en commun avec une association gestionnaire d'une Maison d'enfants "le Mas des Moulins". Cette implantation en un lieu unique permettra aux publics accueillis de solliciter des formations, collecter des informations et bénéficier d'accompagnements mutualisés, vecteurs d'efficacité et de gains de temps. Ce partenariat atypique permettra de réaliser des économies d’échelles sur la construction, mais aussi dans le fonctionnement futur (Formation, logistique, compétences croisées,...) D’autre part, la proximité des services enfants (SESSAD) permettra de mutualiser un certain nombre de compétences.

Lire la suite

Réseau national d'entraide sur la maladie de Huntington

Dingdingdong - 75

L’association Dindingdong, collectif de personnes touchées par la maladie, met en place un réseau d’entraide national et généralisant la pratique de groupes d’entraide entre personnes concernées par la maladie de Huntington, maladie génétique neurodégénérative incurable touchant 18 000 personnes en France. Composé d’une plateforme de rencontre virtuelle, de groupes de rencontre de proximité et d’un observatoire des savoirs sur la maladie, ce réseau place les personnes porteuses de la maladie de Huntington au cœur du dispositif : s’inscrivant dans une perspective d’Education Thérapeutique des Patients par les pairs (ETP), il s’agira tout d’abord de former des usagers-ressources, puis d’accompagner ceux-ci lors de la création et de l’animation de leur propre groupe d’entraide. Egalement, un observatoire de ces pratiques innovantes permettra aux personnes malades de transmettre des savoirs (savoir-être, savoir-vivre) sur la vie avec la maladie aux autres personnes concernées par la maladie de Huntington (malades ou porteuses du gêne), et, dans un second temps, au bénéfice de personnes porteuses d’autres pathologies neuro-évolutives. Ce réseau aura un impact sur la qualité de vie des personnes concernées, elles-mêmes souvent aidantes de proches ayant déjà déclarées la maladie, ainsi que sur leurs proches aidants.

Lire la suite

EXTRA BOX

MY HANDI CAP - 54

My Handi Cap est une jeune association de parents qui informe et accompagne les familles et personnes touchées par le handicap dans les démarches du quotidien. L’association souhaite développer le projet My Extra Box, un outil qui rassemble les informations nécessaires pour soutenir les familles touchées par le handicap et plus précisement lors de l’annonce ou de la présomption de handicap chez les jeunes enfants. Cet outil pensé sur le modèle de la boîte rose - coffret gratuit offert aux jeunes mamans dont l’offre est adaptée à leur situation – viendra en soutien de l’action des professionnels pour orienter les familles dans les démarches administratives, médicales, médico-sociales et matérielles. My Extra Box sera composée d’une boîte contenant un guide papier, d’un accès au site internet et à une application mobile. Le projet est en phase de démarrage. My Extra Box sera tout d’abord testée sur un échantillon de 5 000 exemplaires sur la région Lorraine, diffusée auprès des centres hospitaliers, Caisses d’Allocations Familiales, Maison Départementale des Personnes Handicapées, et des établissements et services d’accueil de la petite enfance. L’étape suivante est de diffuser ce service sur le territoire national.

Lire la suite

L'EPOC

L'EPOC - 75

Par ses actions, L’Epoc lutte contre l’exclusion en prenant en charge, sans discrimination, toute personne en souffrance psychique et en favorisant le lien social qui réengage une dynamique. L’association assure un accueil et un suivi thérapeutique d’accès facile 7j/7 et des ateliers à vocation thérapeutique. Soutenu par l’Agence Régionale de Santé et la Mairie de Paris, l’association se réinvente en permanence et impulse et expérimente de nouvelles offres pour s’adapter aux évolutions de ces besoins : accompagnement psychologique à domicile, notamment de personnes handicapées vieillissantes, soutien à la parentalité, mission de soutien au bailleur 3F, appui technique dans les services sociaux parisiens, centre de ressources Santé psychique-Habitat, externalisation de prestations. Depuis peu, l’association travaille sur la santé mentale en entreprise pour lever les tabous. 1499 personnes ont été suivies en 2017. Du fait du tarissement des subventions publiques et afin de répondre aux besoins conséquents de la cité en matière d’accompagnement des personnes en souffrance psychique, l’association est entrée récemment, avec l’appui d’une structure de conseil, dans une démarche d’émancipation économique associant les parties prenantes du dispositif.

Lire la suite

Accès aux soins bucco-dentaires des personnes handicapées par la télé-odontologie

Unapei - 75

Afin de renforcer la prévention et l’accès aux soins buccodentaires des personnes déficientes intellectuelles et polyhandicapées, population particulièrement prédisposée au développement de pathologies bucco-dentaires, l’Unapei expérimente sur 4 territoires un dispositif de télé-odontologie qui vise à faciliter le dépistage des lésions et l’orientation vers les soins si nécessaires : à compter de l’automne 2017 et pendant 3 années, 1951 personnes accompagnées en établissement seront suivies, et 200 professionnels formés à la santé bucco-dentaire. A terme, l'ensemble des associations affiliées à l'Unapei, et plus largement du champ du handicap, bénéficieront de cette expérimentation à travers un plaidoyer fort, au niveau national, sur l'accès à la santé bucco-dentaire. L’accès à la santé bucco-dentaire grâce à la télé-odontologie permet de limiter l’anxiété des personnes handicapées, d’intervenir en amont et éviter ainsi les interventions lourdes lorsque la situation s’est dégradée.

Lire la suite

HandiCap vers la Maternité

GHICL - 59

Devenir mère lorsque l’on est en situation de handicap peut être un défi, un parcours d’obstacle face au regard de la société, de l’entourage et parfois même du système de santé. Pour répondre à cet enjeux, l’hôpital Saint Vincent de Paul, du Groupement des Hôpitaux de l’Institut Catholique de Lille, développe le projet « Handi Cap vers la maternité », un dispositif d’accompagnement interdisciplinaire pour adapter le parcours de soins des femmes en situation de handicap dans leurs projets de maternité. Le projet consiste à mettre en place un accompagnement médical et paramédical adapté aux problématiques des femmes en situation de handicap, d’aménager les locaux et d’acquérir les équipements nécessaires pour l’accueil et le suivi. Afin de développer une dynamique partagée et une culture commune, le personnel hospitalier sera formé à l’accueil des personnes en situation de handicap. Les femmes seront ainsi accompagnées par une équipe interdisciplinaire pendant toute leur grossesse et jusqu’au retour à domicile, évitant ainsi les ruptures de parcours. Dans un second temps, les bonnes pratiques pourront être diffusées par le groupement hospitalier, qui a un statut d’hôpital universitaire, par la rédaction d’un guide et le travail partenarial avec les réseaux associatifs du handicap.

Lire la suite

Centre Armançon

AIHP - 89

Le Centre Armançon est un établissement sanitaire (Soins de Suite et de Réadaptation) de 52 places dans l’Yonne accueillant des personnes souffrant d’addictions (liées à la consommation d’alcool notamment) et parfois de troubles psychiques. En effet, 14% des 211 personnes accueillies en 2015 étaient administrativement reconnues en situation de handicap. La particularité de l’établissement réside dans un accompagnement aux frontières du médico-social et du sanitaire avec un projet d’activités verbales, corporelles, manuelles et créatives. Afin de poursuivre le programme de rénovation de son établissement, l’association gestionnaire souhaite offrir un meilleur confort d’hébergement aux personnes qui y passent en moyenne 64 jours. Ce programme passe par l’extension du Centre et la construction de 12 nouvelles chambres de 20 m² avec sanitaires individuels.

Lire la suite

hôpital de jour "Addictologie et psychiatrie" de l'institut Paul Sivadon

Fondation L'Elan Retrouvé - 75

Géré par l’association L’Élan Retrouvé, l’hôpital de jour « Addictologie-Psychiatrie » est né de la restructuration d’une unité d’alcoologie et d’une unité de sociothérapie du site la Folie Régnault de l’Institut Paul Sivadon situé dans le 11e arrondissement de Paris. Fort de l’expérience de ces deux unités, l’hôpital de jour dispose désormais de 35 places dédiées à des personnes présentant des troubles psychiques et une addiction et pour lesquelles une prise en charge de jour et séquentielle sur du moyen et long terme est pertinente. Aujourd’hui ce sont près de 350 personnes qui bénéficient d’un accompagnement spécifique tenant compte à la fois de leur addiction et de leurs troubles psychiques. En complémentarité avec l’accompagnement thérapeutique, un travail sur la réadaptation et la réinsertion sociale est réalisé par le Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP) annexé à l’hôpital de jour.

Lire la suite