Actualités du Handicap

Concours agricole de Solidel « J’aime ma terre » - 2019

Afin de valoriser les compétences et les productions des travailleurs en situation de handicap, Solidel organise la première édition du concours "J’aime ma terre" pour les ESAT et les EA agricoles.

Solidel souhaite, à travers l’organisation de ce concours, mettre en lumière le savoir-faire, la créativité et la capacité des travailleurs en situation de handicap et de leurs encadrants à s’engager dans des démarches respectueuses de l’environnement et de la personne.

La cérémonie de remise de prix aura lieu le 21 octobre 2019, en présence de Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat auprès du premier ministre en charge des personnes handicapées, marraine de l’évènement, à l’Hôtel de Sully (Paris 4ème), à partir de 18h00. »

http://www.solidel.fr/qui-sommes-nous/nos-actions/j-aime-ma-terre/

 

EnTHreprendre® & Handicap, une semaine pour découvrir la création d'entreprise en Ile de France

Les Académies d'Île-de-France, le CIDJ, Handiréseau, BNP Paribas, Pôle Emploi et la Région Île-de-France organisent le forum "EnTHreprendre® & Handicap, une semaine pour découvrir la création d'entreprise" sous la présidence d'honneur de Pierre Deniziot, Conseiller régional d'Île-de-France, délégué au handicap du lundi 4 au vendredi 8 novembre 2019. Ce forum s'adresse aux coordinateurs de classes ULIS (3ème à la terminale), aux étudiants, aux demandeurs d'emploi en situation de handicap et aux professionnels de l'insertion et se décline en trois temps :

  • Toute la semaine, une cinquantaine de jeunes de classes ULIS auront l’opportunité de rencontrer des entrepreneurs travailleurs handicapés et pourront participer à un jeu de création d’entreprise afin d’en découvrir les différentes étapes.
  • Le 7 novembre matin petit-déjeuner dédié aux professionnels de l'insertion au CIDJ de Paris.
  • L’après-midi, des entrepreneurs et des experts de la création d’entreprise répondront à toutes les questions des participants sur l’entrepreneuriat, lors d’un temps d’échange organisé en partenariat avec Pole Emploi.

Pour s’inscrire et consulter le programme : www.handireseau.fr

 

Les élèves de milieux défavorisés sont plus nombreux à être scolarisés en ULIS

La Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) de l'Éducation nationale a mis en ligne sa publication Repères et références statistiques sur la rentrée scolaire 2018-2019.

Grâce à un panel d’élèves en situation de handicap mis en place en octobre 2013, la DEPP a pu établir que les parcours de ces élèves tant dans le primaire qu’au début de leur parcours dans le second degré dépendent de la nature de leur trouble et de leur environnement social.

Les parents de ces enfants appartiennent en effet plus souvent à une catégorie sociale défavorisée d’inactifs ou d’ouvriers que de cadres ou de professions intermédiaires et ce quelle que soit la nature du trouble de leur enfant. Près de six enfants sur dix présentent des troubles intellectuels ou cognitifs, et la moitié des enfants présentant des troubles du psychisme vivent dans une famille de catégorie sociale défavorisée contre moins de quatre enfants sur dix nés ces mêmes années, scolarisés à l’école ou au collège. 

Ainsi un enfant présentant un trouble intellectuel et cognitif et issu de milieu défavorisé sera moins souvent scolarisé en milieu ordinaire en primaire, et ne le sera presque jamais dans l’enseignement général en fin de collège par rapport à un enfant présentant le même trouble et originaire d’une famille très favorisée. Toutefois, à quatre ans d’intervalle, on constate, pour les plus jeunes et quelle que soit leur origine sociale, une amélioration de l’inclusion scolaire en milieu ordinaire, favorisée par des ouvertures d’ULIS, permettant à ces enfants de rester scolarisés avec leurs pairs.

www.cache.media.education.gouv.fr

 

Rentrée des enfants en situation de handicap : les annonces du gouvernement reçoivent un accueil mitigé

À l’occasion de la rentrée scolaire 2019, le gouvernement a précisé les mesures phares de son nouveau grand service public de l’école inclusive 2019-2022 destiné à faciliter la rentrée des enfants en situation de handicap. Des annonces qui ont reçu un accueil mitigé de la part des associations et des parents d’élèves, dont les difficultés restent importantes.

Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Sophie Cluzel, Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, ont ainsi annoncé de  nouvelles mesures pour accompagner la scolarisation des enfants en situation de handicap : des cellules d’écoute dans chaque département à destination des familles, une coordination des dispositifs associatifs existants sur les territoires,  la présence d’équipes mobiles d’appui médico-sociales afin de sensibiliser les professionnels de l’Éducation nationale, ou intervenir en cas de situations de crise. Ces expérimentations seront généralisées en 2020.

En 2018, environ 340 000 élèves en situation de handicap étaient scolarisés en milieu ordinaire, dont 166 000 disposant d’un accompagnement humain, soit 6 fois plus qu’en 2006. Cette rentrée 2019 devrait voir ce chiffre passer à 363 500 (soit 23 500 élèves de plus) qui devraient bénéficier de l’appui de 4 500 nouveaux accompagnants (ETP). Le gouvernement indique également que 70 000 enfants seront scolarisés en unité d’enseignement médico-sociale ou sanitaire.

Toutefois d’énormes difficultés subsistent : démarches administratives et médicales sans fin, problématiques de transport de l’enfant et insuffisance du nombre d’accompagnant(e) d’élèves en situation de handicap (AESH).

Cette année, le gouvernement a décidé de mettre en place du PIAL (Pôle Inclusif d’Accompagnement Localisés) afin de permettre une meilleure répartition et coordination des interventions des ASH en fonction des besoins des élèves concernés. Ce PIAL sera déployé jusqu’en 2022.  Mais le reproche principal des association et parents quant à ces nouvelles mesures reste le manque de moyens qui lui sont alloués.

https://www.handirect.fr/rentree-des-enfants-en-situation-de-handicap/

 

Handeco organise la 5ème édition des Trophées HandiFormelles,

vendredi 27 septembre de 9h à 13h 2019 au Musée du Quai Branly Jacques Chirac à Paris en partenariat avec Pas@pas et la Fondation Malakoff Médéric Humanis.

Ces trophées s’articulent autour de trois prix :

  • Prix de l’innovation technologique
  • Prix de l’innovation sociale/sociétale
  • Prix de l’innovation digitale

Les participants auront accès gratuitement à l’ensemble des collections et expositions du Musée dès 13h.

Le programme :

  • Présentation des résultats du Baromètre 360° Entreprises/ESAT/EA/TIH, en partenariat avec Malakoff Médéric-Humanis et l’institut de sondage Opinion Way
  • Interventions de grands témoins
  • Trophées de l’innovation 

Inscription obligatoire à l’adresse suivante :  https://www.weezevent.com/handiformelles-2019

Plus d’informations sur :  www.handeco.com

 

Grande Cause Make.org : Une vraie place pour les personnes handicapées 

Aujourd’hui en France, près d’une personne sur cinq est touchée, de manière directe ou indirecte, par le handicap. Beaucoup d’entre elles sont victimes de discriminations dans l’accès à l’emploi, aux transports, au logement, à l’éducation....

Le 28 mai 2019, en présence de la Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel, Make.org lançait la Grande Cause dédiée au handicap, avec ses partenaires fondateurs, Klesia, la Fondation OCIRP, le CCAH, et ses partenaires associations et startup.

Jusqu'au 17 septembre, cette grande consultation en ligne invite tous les citoyens à répondre à la question “Comment la société peut-elle garantir une vraie place aux personnes handicapées ?”.

https://make.org/FR-fr/consultation/handicap/CONSULTATION

 

Violences conjugales : les femmes handicapées en 1ère ligne

Quelle place pour les femmes handicapées dans le Grenelle des violences conjugales qui a lieu le 3 septembre 2019 à Matignon ? Des victimes toutes désignées qui peinent à dénoncer et à se faire entendre. 4 sur 5 seraient concernées.

Dix mesures, peu de moyens, et un accueil mitigé. Mardi 3 septembre à Matignon, le coup d’envoi du Grenelle de la lutte contre les violences conjugales a été donné par Edouard Philippe, qui a présenté à cette occasion les premières mesures d’urgence du gouvernement, dont la création de 1000 places d’hébergement supplémentaires.

D'après un rapport de l'ONU, quatre femmes en situation de handicap sur cinq seraient victimes de violences... physiques, psychiques, sexuelles. Les associations appellent le gouvernement à agir pour mettre fin à ces « actes odieux ».

Une table-ronde consacrée à mettre en lumière les difficultés spécifiques de celles touchées par un handicap s’était tenue le 6 décembre 2018, au Sénat. Le bilan montre que cette thématique est l'« angle mort » de la politique publique. Cependant l’adoption d’un article spécifique de la loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes adoptée en août 2018, témoigne d'une sensibilisation croissante à la question de ces victimes oubliées. L’article 4 de la loi inclut ainsi des actions de sensibilisation, de prévention et de formation sur les violences sexuelles, à destination des femmes en situation de handicap et des professionnels. De son côté, Sophie Cluzel précise que le dernier plan interministériel comprend un axe dédié au repérage et à la prise en charge des femmes en situation de handicap victimes de violences.

Plus globalement, les associations féministes mobilisées sur le sujet des violences faites aux femmes souhaitent un « plan Marshall » doté de 500 millions voire d'un milliard d’euros contre 79 millions actuellement prévus. Les conclusions de la concertation seront rendues le 25 novembre, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

www.informations.handicap.fr